Venise

Réservez votre séjour au meilleur prix garanti

Venise

Venise

Une ville depuis toujours cosmopolite, exotique, un point de rencontre entre orient et occident, un carrefour de cultures et de marchandises, Venise vous touche par l'enchevêtrement de rythmes et de couleurs qui de San Marco et de Palazzo Ducale se propagent sur toute la ville, en se reproduisant sur les façades, les ponts et les canaux.

Partout, les traces de l'histoire sont intenses : l'épopée de la ville arrachée aux eaux et qui a grandi à l'ombre de Byzance grâce au marquage et aux navires, de la République aristocratique splendide pour l'art, la politique, la culture entre le XIVème et le XVIème siècle, de la Venise en lent et fascinant déclin jusqu'à la fin de l'Etat (1797).

Venise offre une architecture différente de celle d'une quelconque autre ville, née de situations et exigences historiques particulières, ce qui a déterminé un espace urbain particulier où l'eau joue le rôle principal.

En pénétrant dans les calles, en montant et descendant ses 400 ponts, on découvre des « campi » et  « campielli » où se dressent des églises, des palais et monuments à la beauté inégalable. On ne peut qu'en comprendre l'histoire passée et présente seulement en flânant le long des Rive et Rii.

L'absence de voitures rend l'atmosphère presque surréelle et l'attention, non plus orientée vers la circulation, peut se concentrer sur les détails qui normalement nous échappent.

En se promenant entre les « calli » et les « campielli », on peut découvrir des endroits fascinants et séduisants : les architectures se reflètent sur l'eau des canaux traversés par les gondoles noires corbeau et, en sortant des « calli »  parcourues par le flux touristique, on rencontre la Venise plus intime et authentique.

Venise ne cesse d'envouter et étonner les visiteurs, le grand art vénitien de Carpaccio, de Bellini, de Giorgione et de Tiziano, de Tintoretto et de Veronese, de Tiepolo et de Guardi  « continue »  hors des musées et des églises dans les couleurs changeantes des eaux et des palais, dans les voûtes des portiques et loggias, dans les cheminées sur les toits, dans les raccourcis de figures au-delà d'un pont ou d'une calle.

Le développement de la ville est depuis toujours advenu verticalement à cause du manque d'espaces. Tout à Venise est réutilisé et les fondations des édifices restent les mêmes pendant de nombreux siècles, même dans les édifications successives, une adaptation forcée due à l'éloignement des matières premières pour le secteur du bâtiment. Ainsi, la ville reste structurellement encore aujourd'hui la même de celle du XVIème siècle.

La Venise actuelle occupe une superficie à peine supérieure à 7 km2, distribuée sur 118 petites îles, parmi lesquelles San Giorgio et la Giudecca, unies par 418 ponts et divisées par 160 canaux. La ville est divisée en  « sestieri »  : Cannaregio, San Marco et Castello sur la rive gauche du Canal Grande,  Santa Croce, San Polo et Dorsoduro sur la rive droite.

Les agglomérations occupent la plupart du complexe lagunaire : Murano, Burano, Torcello, Pellestrina, San Pietro in Volta, Alberoni, Malamocco et Lido ; ou bien elles se recueillent sur le bord interne de la lagune, en contact avec l'arrière-pays comme Malcontenta, Tessera et Dese.

A noter le Lido, déjà connu dans le XIXème siècle pour les propriétés thérapeutiques du climat maritime et de ses bains, est aujourd'hui à tous point de vue la station balnéaire de Venise.

Dans les îles de la lagune, en particulier à Burano et à Malamocco, la pêche constitue encore en partie l'économie de base et l'activité traditionnelle la plus répandue pour la plupart des habitants.


Printemps-été

Si l'objectif est un bain de foule, la haute saison (de Pâques à octobre) est la meilleure période. Les mois de juillet et août sont la meilleure période pour visiter la ville. Il est aussi vrai que le printemps-été est la période de l'année pendant laquelle se concentre la plupart des fêtes et manifestations culturelles et mondaines de la ville :

  • S. Marco le 25 avril;
  • la fête de la Sensa (l'Ascension) en plein printemps, avec la commémoration du Mariage de la Mer ;
  • au mois de mai, la Vogalonga, une grande fête des embarcations à rame de la ville ;
  • la fête du Rédempteur qui se tient dans le troisième dimanche du mois de juillet, avec la traditionnelle sortie nocturne en bateau et les feux d'artifice sur la lagune ;
  • le premier dimanche du mois de septembre, la spectaculaire Régate Historique sur le Canal Grande ;
  • la Biennale d'Art dans les Giardini, en été et tous les deux ans ;
  • le Festival du Cinéma au Lido de Venise ;
  • le prix littéraire Supercampiello dans le contexte du Palais Ducal.


Automne-hiver

Si vous préférez une Venise moins mondaine, mais sans doute plus authentique, la saison parfaite est en revanche l'automne, avec un climat tempéré, les hôtels encore ouverts et moins affolés. Même en automne-hiver, des occasions de fête et divertissement ne manquent pas :

  • la fête de la Madonna della Salute le 21 novembre, l'une des plus affectionnées des habitants.
  • le Carnaval, rené de ses cendres historiques comme une récupération spontanée des traditions mais immédiatement instrumentalisé en clé touristique et commerciale, est un phénomène tellement macroscopique qu'il attire inévitablement les curiosités et les désirs.

En hiver, la ville est tant fascinante que brumeuse, elle est souvent touchée par le phénomène de la marée haute qui intéresse différentes zones de la ville en particulier durant les mois de novembre, décembre et février.

Les vénitiens qui se réveillent ainsi au son des sirènes, se défendent avec des passerelles en bois qui permettent de traverser les points critiques.

Une autre présence caractéristique de Venise est le brouillard (en dialecte, caligo) qui enveloppe la ville pendant des journées entières, en provoquant beaucoup de problèmes à la navigation lagunaire et en obligeant la population à de longues promenades et d'exténuantes attentes sur les pontons des transports publics. On peut se réchauffer dans les nombreuses Osterie éparpillées sur tout le centre historique où, avec une « ombra » (un verre) de vin et un « cichéto » (en-cas traditionnel de la ville), on peut s'arrêter pour une pause de rafraîchissement. On les appelle bàcari et la racine rappelle un peu le Dieu Bacco, un peu la bàcara (qui en dialecte signifie « pichet ») et le latin avancé bàcar (vase à vin).


Pour arriver à Venise, veuillez consulter les horaires des Ferrovie dello Stato (Chemins de Fer) sur le site www.trenitalia.com

 

Site officiel: www.comune.venezia.it
Portail touristique: www.turismovenezia.it

 

OFFRES SPÉCIALES

voir toutes

Fais-tu du vélo? Réduction ici!

Rugby Guinness Pro14 2017-2018

Nouveautés 2017 – Day Use

NEWSLETTER
Inscrivez-vous à notre newsletter